Délégationdu Pas-de-Calais

Merci Nassir et Amidullah !

Dans le cadre de l’Avent, l’équipe de Béthune du Secours Catholique a répondu favorablement à l’invitation de deux professeurs du collège Saint-Paul de Lille qui souhaitaient que les élèves puissent nous rencontrer pour se préparer à Noël. C’est ainsi que nous avons pu témoigner de notre expérience auprès des migrants devant chacune des quatorze classes du collège.

Merci Nassir et Amidullah !

publié en mars 2017

Pour pouvoir témoigner au plus près de la réalité, Nassir et Amidullah, qui ont vécu à Calais et qui vivent actuellement à Béthune avec le statut de réfugié, sont venus témoigner. À l’issue de nos interventions, nous avons reçu quarante-cinq témoignages, qui nous montrent combien les jeunes peuvent être sensibles aux problèmes liés à l’immigration. Voici quelques-unes de leurs réactions :

« J’ai un sentiment de pitié pour ces gens. Ils partent sans rien. Ils abandonnent tout et même leur famille. Ils fuient la guerre. Et même parfois, ils meurent pendant la traversée. »

« Ce qui m’a choqué, c’est l’insalubrité dans la “jungle”, les personnes délaissées. Et aussi leur voyage, la traversée de la mer, leurs conditions de vie… »

« Le voyage accompli par ces réfugiés m’a intéressé, mais aussi le fait qu’ils aient un logement et un travail. Je pensais que tous les migrants arrivant en France n’avaient ni travail ni logement. »

« J’avais déjà entendu parler de la “jungle” de Calais et des conditions de vie des migrants mais je ne pensais pas que c’était à ce point et je trouve ça vraiment horrible. »

« C’était émouvant que les migrants viennent témoigner, qu’ils nous racontent leur parcours et qu’on puisse leur poser des questions. C’était bien qu’on ait un vrai contact avec eux, qu’on les entende et qu’on leur parle. »

« J’ai trouvé cette intervention très touchante : elle m’a fait changer d’avis sur les migrants. Elle m’a ouvert les yeux car ils essaient de sauver leur vie alors que nous les accueillons comme des miséreux. »

« Le discours de Nassir et Amidullah m’a vraiment montré les difficultés qu’ils avaient dans leur pays et qu’ils étaient obligés de le quitter et les difficultés pour le quitter. »

« J’ai trouvé le témoignage émouvant. Les deux migrants présents gardent le sourire. Ils fuient leur pays en guerre et vont dans un pays de liberté, d’égalité (enfin, pas pour tous) et de fraternité et quand ils arrivent, ils sont rejetés. »

« Ces personnes doivent tout quitter (famille, amis, travail…) parce que chez eux, c’est la guerre. Ce doit être un déchirement de tout quitter. »

« Le témoignage fait que ce qu’ils disent est plus réaliste qu’à la télé, à la radio ou dans les journaux. Cela nous montre qu’ils essaient de s’intégrer, de recommencer leur vie ou plutôt d’avoir une vie meilleure. »

À l’issue de nos témoignages, les jeunes étaient invités à offrir des kits sanitaires à destination des migrants et des kits scolaires pour l’alphabétisation qui serviront à Béthune et à Calais. Merci à vous les jeunes pour votre écoute et votre solidarité.

François Giezek

Imprimer cette page

Faites un don en ligne