Délégationdu Pas-de-Calais

Témoignage de Brigitte à Le Portel

« Pause-café au Secours Catholique »

Depuis juin 2014, après discussion en équipe et avec le prêtre de la paroisse, inquiet de voir de nombreuses jeunes mères célibataires dans le besoin, nous avons mis en place une « pause café », le mardi après-midi. Nous espérions rejoindre des personnes isolées, dans un autre quartier, à proximité d’une école.

Le local fut vite trouvé : un presbytère quasiment inoccupé, les accueillants : une ou deux bénévoles de l’équipe. (Pas les plus anciens, qui n’y croyaient pas et qui étaient un peu hostiles à cette idée nouvelle : ils craignaient la disparition de « leur » vestiaire !)

Un peu de pub, un peu de bouche-à-oreille, beaucoup de patience, des semaines à attendre sans aucune visite, puis un jour, Jacques est venu : il était curieux de visiter les lieux qui lui rappelaient son enfance, le vieux prêtre de la paroisse et les livres de la bibliothèque restés en témoignage du temps passé sur les étagères.

Il a fallu aussi beaucoup de persévérance, il y a eu des mardis de découragement jusqu’à ce jour où j’ai vu entrer une petite dame d’âge avancé, Monique, qui venait de perdre son mari. Elle avait pris son courage à deux mains pour nous visiter. Elle cherchait à tisser un lien afin de ne plus être seule et de supporter plus sereinement ce deuil qui la frappait. Puis vinrent Marie-Louise, Marc, Frédéric, Daniel (qui nous a quittés depuis…), Charline, Raymonde, Jocelyne, Nicolas, Marjolaine, Sabine… et tous les « passants » de la paroisse (Alain, Claude, Michel, Claudine, Marguerite…) qui apprécient de venir discuter un moment autour d’un café.

De nouvelles idées s’échangent : jardinage, couture, tricot, actualités, bricolage, jeux de société, coutumes du temps passé, éducation, histoire locale, cuisine, alimentation… Pour Noël, nous avons réalisé quelques objets pour décorer le local, puis une fois par mois, sont venus les ateliers « cuisine facile et pas chère » animés par Laurie et Charlotte, deux jeunes bénévoles très dynamiques. Ce moment de partage est aussi l’occasion d’orienter, si besoin est, les participants vers la permanence du lundi pour une aide ponctuelle. Depuis quelque temps, Marjolaine et Nicolas ne manquent pas d’apporter leur aide chaque lundi au tri des vêtements.

Le mardi après-midi est devenu un rendez-vous incontournable dans la semaine, une sorte de temps de ressourcement, non seulement pour les accueillis mais aussi pour les accueillants. Si l’un d’entre nous ne vient pas, chacun s’inquiète de son absence.

Voici quelques expressions relevées lors d’une réflexion sur ce temps partagé :
éviter de se refermer sur soi-même, se changer les idées, partager c’est plaisant, échanger apporte plus, aborder des personnes différentes, retrouver un contact avec d’autres, on sent de l’amitié, de la bienveillance…

Nous pensions à l’origine rencontrer des jeunes mamans, nous avons rejoint des hommes et des femmes plus âgés, isolés, en recherche de lien social et fraternel. C’est une réussite, même si nous sommes conscients qu’il y a encore beaucoup à faire, c’est un début, comme nous le rappelle le slogan du Secours Catholique pour le 70e anniversaire de l’œuvre de Mgr Rodhain fêté cette année : « Pas à pas, mais pas sans toi. »

Nous connaissons des personnes isolées qui n’ont pas encore fait le pas ; nous aimerions tant qu’elles nous rejoignent ! Soyons patients, c’est sûr, un jour, elles se décideront…

Quel bonheur d’entendre des éclats de rire, des échanges animés, des confidences dévoilées ! Quel bonheur de se retrouver ainsi et de partager en toute confiance !

Engagée en Église, membre du Secours Catholique, membre de l’ACO (Action catholique ouvrière), je crois au « vivre ensemble », à l’accompagnement fraternel des personnes rencontrées et à l’action collective.

Une chose est certaine : nous ne regrettons nullement d’avoir répondu à l’appel de notre pape François à rejoindre les périphéries.

Brigitte
Équipe Le Portel, juin 2016

Imprimer cette page

Faites un don en ligne