Délégationdu Pas-de-Calais

Vacances solidaires : « Venir les mains vides, repartir le cœur plein »

Témoignage des jeunes ayant participé aux chantiers d’été

Durant l’été 2012 une quarantaine de jeunes, venant de toute la France, ont participé aux chantiers d’été proposés par le Secours Catholique, à Calais auprès de migrants, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) auprès de Roms, et à Ribeaugoutte-Lapoutroie (Alsace) auprès d’enfants et de familles de détenus.
Une expérience très forte de rencontre, d’échange et de découverte, comme le montrent les témoignages recueillis auprès de ces jeunes.

Un des nombreux temps de partage

Ce fut pour beaucoup une première expérience de bénévolat, certains étant déjà en relation avec le Secours Catholique. Pour tous, ce fut une expérience très forte de rencontre, d’échange et de découverte, qui reste ancrée en eux pour un bon moment.

Voici quelques témoignages, que nous avons regroupés suivant les thèmes exprimés :

Les moments forts

« Calais, c’est le genre d’endroit qu’on ne peut oublier. La semaine que nous avons vécue, c’est pareil. Inoubliable car riche, unique, intense, insolite, exceptionnelle. Une chose est sûre : je n’oublierai pas la rencontre, notre rencontre.
La rencontre entre des migrants, hommes, femmes, enfants, Afghans, Érythréens, Égyptiens, Albanais, Iraniens, Soudanais, et des scouts, des Français. Les moments que nous avons vécus, que nous avons partagés, simplement, chaleureusement, intensément. »
Sophie - bénévole à Calais

« Ce qui m’a le plus marquée, c’est la dureté de leur vie et l’énorme contraste avec la nôtre, alors que nous vivons pourtant dans la même société. Cette semaine m’a fait ouvrir les yeux sur la difficulté pour ces personnes de s’intégrer et d’être considérées avec dignité. »
Marine - Seine-Saint-Denis

« En vivant à Calais j’avais l’impression de voir deux mondes, le nôtre et celui des migrants. »
Mélanie - Calais

« Un des moments que j’ai sans doute trouvé le plus touchant à Calais, et plus particulièrement au Secours Catholique, est la joie du jeu. Jeu qui permet par ailleurs de passer des heures en compagnie de personnes dont on ne parle pas la langue. »
Samuel - Calais

Les doutes, les moments difficiles

« Je retiendrais celui du premier jour de notre arrivée, où nous avons débarqué à Calais pour participer au vestiaire. Nous ne savions rien, étions peut-être inquiets, perdus, encore ignorants, mais tout s’est très bien passé, et ce premier contact a été un des plus forts, qui nous a d’ailleurs donné à tous très envie d’être au lundi ! »
Sophie - Calais

« Malheureusement pour moi, la barrière de la langue m’a empêchée de beaucoup parler avec eux (je parle très mal l’anglais).
Angélique - Seine-Saint-Denis

« Au cours de la conversation [un migrant] me demande de lui expliquer un mot qu’il a rencontré récemment et qu’il n’a pas compris, le mot "tolérance". La tolérance, vaste notion… Je réalise déjà le paradoxe – lui expliquer la tolérance dans une ville où une large majorité de gens ne le tolèrent pas… Je tente une explication un peu hasardeuse : "La tolérance, c’est le respect de la différence". Tout compte fait je ne suis pas mécontent, j’aurais eu du mal à trouver mieux. Cet échange m’a marqué car, aujourd’hui encore, il incarne ce dont je veux me souvenir de cette semaine : des apports mutuels, des échanges réciproques de paroles, d’idées, de cultures. »
Matthieu - Calais

« Autre dure réalité, c’est la désillusion des migrants en arrivant ici : "je ne pensais pas que l’Europe c’était comme ça".
Mélanie - Calais

« "L’aller vers" du lundi fut un peu difficile, les migrants ayant faim, nous, arrivant simplement avec thé et café, cela ne suffisait pas, le mécontentement se lisait sur les visages. Mais une fois le café ou le thé avalé, ils sont devenus plus ouverts et les présentations ont pu être faites. »
Mélanie - Calais

Les activités

« On rit, on joue, on parle, chacun se dévoile, se raconte, on apprend à se connaître, et de jour en jour, de sourires en poignées de main, de bonjour en salamaleikoum, le lien se tisse, se crée, se développe, aussi éphémère qu’inoubliable. »
Sophie - Calais

« J’ai passé du temps avec les migrants, en toute simplicité. J’ai pris plaisir à jouer au ping-pong et au football avec eux. J’ai discuté avec eux. Chacun raconte son parcours… plein d’aventures. »
Antoine - Calais

« Les moments dont je me rappellerai encore longtemps sont tout simplement les rires et la joie des enfants lors d’une sortie en bateaux-mouches à Paris. Tout comme les fous rires partagés avec les demandeurs d’asile lorsque l’on jouait avec eux à des jeux de société. »
Marine - Seine-Saint-Denis

« J’ai passé de très bons moments de partage, de discussion, de rire. Les personnes migrantes ont une capacité extraordinaire à profiter des moments partagés, à rire, à blaguer ; au vu de leurs situations, du lourd passé et de l’incertitude de leur avenir, je suis admirative. »
Mélanie - Calais

La rencontre

« La rencontre se fait, se vit, s’invente, et chaque jour recommence, autour d’un café, d’une cigarette, d’une discussion, d’un jeu, d’un sourire, d’une poignée de main. La langue aurait pu être une barrière, mais bien souvent l’expression, le regard ou le sourire, les gestes, les signes, en disent plus long que tous les mots que nous connaissons. »
Sophie - Calais

« Nous sommes venus à Calais tout simplement, sans vraiment d’a priori, avec l’idée de partager, de vivre, de rire, et simplement de découvrir. »
Adèle - Calais

« Ces migrants avec qui j’ai parlé, ces migrants qui m’ont fait partager un petit peu de leur culture, de leur histoire, m’ont touchée. Malgré une langue différente, un âge différent ou même un pays différent, je ne me suis jamais sentie de trop. »
Adèle - Calais

« Ma semaine a ainsi passé très vite, je dois même vous dire que j’étais déçue de devoir rentrer et de quitter tout le monde. Et si j’avais l’occasion de renouveler cette expérience, je le referais avec joie ! »
Angélique - Seine-Saint-Denis

« J’ai choisi cet engagement auprès de Roms et de demandeurs d’asile, car habitant en Seine-Saint-Denis, il s’agit de populations que je croise souvent sans jamais les rencontrer. »
Marine - Seine-Saint-Denis

« À notre arrivée tout le monde nous sert la main, les débuts sont un peu difficiles, on ne parle pas la même langue et ce ne sont que des hommes, pas de femmes ni d’enfants […], et puis on discute de tout et de rien, on joue au foot, c’est juste un moment d’échange. »
Mélanie - Calais

L’apport personnel

« La semaine que nous avons vécue à Calais a été très forte, très riche, pleine de rencontres, de découvertes, de partage, d’émotions, de souvenirs. Une semaine qui ne s’oublie pas, une semaine qui m’a fait grandir, qui m’a fait prendre conscience d’une réalité que l’on ignore bien trop souvent ; une semaine qui m’a permis de réfléchir, sur la vie, les hommes, le monde qui nous entoure, le pourquoi du comment, mais également sur moi-même, mes engagements, mes projets. »
Sophie - Calais

« Une semaine qui nous a tous un peu changés, car après avoir côtoyé migrants, bénévoles, après avoir pu se rendre compte du travail de chacun, de l’énergie et de l’engagement des associations à Calais pour assurer soins, hygiène, repas au plus grand nombre, après avoir découvert les conditions, les démarches que les migrants doivent entreprendre, leur quotidien, il est bien difficile de revenir chez soi, où tout paraît si simple, si confortable, et finalement si injuste. »
Sophie - Calais

« Aujourd’hui, j’ai envie de regarder autour de moi, d’aller plus loin. J’ai appris qu’un sourire pouvait dire beaucoup plus de choses que certaines paroles. »
Adèle - Calais

« Bref, j’ai fait des rencontres riches, en découvertes, en échange et en émotion. J’espère avoir réussi à jouer le rôle de "miroir" (c’est-à-dire à renvoyer ces rayons de soleil à ceux qui m’entouraient). »
Antoine - Calais

« Aujourd’hui, j’ai un nouveau regard sur les personnes en situation de précarité. J’ai compris à quel point la rencontre, l’échange et le fait d’aller vers l’autre est primordial. C’est pour moi le début de nouveaux projets qui mûrissent et où ma priorité sera la solidarité. »
Marine - Seine-Saint-Denis

« Ces vacances solidaires sont un projet génial et m’ont apporté au niveau personnel des choses très positives. Je les conseille vivement à tous les jeunes désirant faire de belles rencontres et vivre de bons moments, qu’ils soient de Seine-Saint-Denis ou non ! »
Marine - Seine-Saint-Denis

« Une semaine débordante de richesses et qu’il me tarde de vivre de nouveau. »
Mélanie - Calais

Témoignages recueillis par Frédéric Félicien

Imprimer cette page

Portfolio